English 
Français

AIDS and witchcraft: The family as the principal caregiver in South Cameroon

Marie-José Micheline Essi, Université de Yaoundé I

Au Cameroun, la réalité sociale du sida est souvent corrélée avec des explications sorcellaires. Une recherche qualitative a indiqué que l’assimilation du VIH/SIDA a une conséquence de sorcellerie est souvent une construction familiale. Qu’il s’agisse du diagnostic sorcier, ou de la prise en charge ethnomédicale, l’expérience des 18 malades de la population cible a validé l’hypothèse de la décision familiale. Le choix du recours thérapeutique et l’adhésion aux ARV survenant autour de la maladie semblent des résultantes familiales. Ce pouvoir de la famille donne un caractère de vulnérabilité aux PVVS, car elles sont alors liées au degré d’utilisation exclusive ou simultanée des ARV et des médecines alternatives. Aux prises avec différents problèmes sociaux, les PVVS se tournent d'abord vers la famille dont l'intervention est sociale, économique et psychologique. Elle dépasse parfois la fonction d’intervention, et évolue à celle de décision, influençant de fait la prise en charge globale du malade.

Presented in Session 58: HIV and AIDS and families 2