English 
Français

Has fertility stopped declining in the Maghreb?

Zahia Ouadah-Bedidi, Institut National d'Études Démographiques (INED)
Jacques Vallin, Institut National d'Études Démographiques (INED)
Ibtihel Bouchoucha, Institut national d'études démographiques (INED)

A la fin des années 1990, les trois pays du Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie) étaient sur le point d’achever la deuxième étape de la transition démographique : la fécondité se rapprochait rapidement et sûrement du seuil de renouvellement des générations. En 1999, le taux de fécondité totale atteint 2,4 en Algérie, 2,09 en Tunisie, et 3,0 au Maroc en 1998. Mais curieusement depuis 2000, on parle à nouveau dans ces trois pays de reprise de la natalité. La fécondité serait-elle en train de changer de direction : au lieu de continuer de baisser, elle remonterait ? L’évolution de la fécondité dans les trois pays du Maghreb va-t-elle à l’encontre de la théorie classique de la transition démographique comme ce fut le cas de certains pays d’Europe ? Peut-on parler de « baby boom » ?

  See extended abstract

Presented in Session 19: Explanations for stalled and persistently high fertility